Chicago, de la modernité en architecture

Plus de détails

Détails du produit

Chicago reste l’archétype de la ville américaine. Et son architecture, marquée du travail fondateur des Sullivan et Burnham, dans un souci permanent d’innovation, la désigne comme centre originel de la modernité architecturale.

C’est ainsi que pendant les décennies d’après-guerre s’impose la figure de Mies van der Rohe dont le rôle tutélaire a longtemps dominé la scène architecturale de Chicago. Certains aspects de son oeuvre américaine sont analysés pour montrer en quoi elle a servi de modèle au travail de grandes agences de la ville, telles Skidmore, Owings et Merrill, ou C. F. Murphy.

Par ailleurs, Bertrand Goldberg qui a exploité les possibilités constructives du béton armé et Walter Netsch avec sa théorie des réseaux illustrent l’alternative à l’architecture structurale d’inspiration miesienne. La vague postmoderniste initiée dans les années soixante-dix est abordée dans son double aspect par une étude détaillée de la production théorique et des réalisations de plusieurs architectes – Stanley Tigerman, Thomas Beeby ou Helmut Jahn – qui ont marqué de leur influence, outre le décor urbain de Chicago, la production architecturale internationale.

Vous vendez ce produit ? Cliquez ici pour ouvrir votre boutique sur le site

Description

Chicago reste l’archétype de la ville américaine. Et son architecture, marquée du travail fondateur des Sullivan et Burnham, dans un souci permanent d’innovation, la désigne comme centre originel de la modernité architecturale.

C’est ainsi que pendant les décennies d’après-guerre s’impose la figure de Mies van der Rohe dont le rôle tutélaire a longtemps dominé la scène architecturale de Chicago. Certains aspects de son oeuvre américaine sont analysés pour montrer en quoi elle a servi de modèle au travail de grandes agences de la ville, telles Skidmore, Owings et Merrill, ou C. F. Murphy.

Par ailleurs, Bertrand Goldberg qui a exploité les possibilités constructives du béton armé et Walter Netsch avec sa théorie des réseaux illustrent l’alternative à l’architecture structurale d’inspiration miesienne. La vague postmoderniste initiée dans les années soixante-dix est abordée dans son double aspect par une étude détaillée de la production théorique et des réalisations de plusieurs architectes – Stanley Tigerman, Thomas Beeby ou Helmut Jahn – qui ont marqué de leur influence, outre le décor urbain de Chicago, la production architecturale internationale.

Avis des consommateurs

Il n’y a pas encore d’avis.

Avez-vous déjà utilisé ce produit ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois + seize =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.